BIENNALE DE LYON – VEDUTA Musique ou Billard ? Launeddas ? visite du Bac à traille (Oullins) du 25 oct 2013

        IMG_1100

Pour la première Biennale de Lyon en 1991, Michel Aubry crée Salon de Musique et Salle de Billard. L’œuvre est acquise par le macLYON et aujourd’hui exposée au Bac à Traille  (salle excentrée du Théâtre de la Renaissance d’Oullins ).

Elle se compose d’un snooker (billard anglais) au centre d’un plancher de 90 m2 formé de 50 dalles de bakélite (48 posées au Bac à Traille pour des raisons d’espace) qui répertorient 50 diverses « représentations symboliques » d’instruments traditionnels à vent de la Sardaigne.

art_55_photo4_bg art_55_photo_bg

Il s’agit de Launeddas, instruments musicaux anciens, les plus anciens au monde, à souffle continu construit avec des cannes palustres. Les cannes sont coupées durant la pleine lune du mois de février et sont laissées sécher au moins trois ans.

Capture d’écran 2013-10-27 à 00.32.50

L’instrument à anches est formé de trois cannes (mono-anche) qui ont diverses longueurs et épaisseurs.

-Le Bas ou Tumbu est la canne la plus longue, et en général, elle est sectionnée en deux ou plusieurs parties. Fournissant une seule note : celle de la tonique et est dépourvue de trous (Bourdon)

-La seconde canne appelée Mancosa Manna  (= Main gauche) a la fonction de produire les notes de l’accompagnement et est liée étroitement au Bas en deux points au moyen d’une lanière. La mancosa Manna peut reproduire 5 sons ( pentacordes ) dont le plus grave, joué avec le pouce appartenant à l’accord de la fondamentale

-La troisième canne ou la Mancosedda est libre et a la fonction de produire les notes de la mélodie. Elle produit 5 sont différents et la note plus grave du pentacorde.

Sur la Mancosa et sur la Mancosedda sont entaillés à des distances pré-établies des trous pour les notes musicales. Le son est produit par des anses simples, toujours construites avec des cannes et qui sont insérées dans le Bas, dans la Mancosa et dans la Mancosedda. Pour l’accordage des Launeddas, on emploie la cire d’abeille. On pose une petite quantité de cire sur l’anse. La quantité détermine le son plus ou moins aigu ou grave.

Capture d’écran 2013-10-27 à 00.27.20

Pour jouer des Launeddas on emploie une technique particulière qui s’appelle souffle continu (ou respiration circulaire). Elle est utilisée par certains instrumentistes ( flûtistes, clarinettistes par exemple, mais pas que …). Croyez-moi cette technique est assez impressionnante.

Ci dessous Luigi Lai joueur de Launeddas

En remplissant la bouche d’air, tout en gonflant les joues en guise de soufflet, avant de terminer l’air en réserve en bouche, on doit procéder à une autre inspiration profonde de façon à créer un son continu.

La tonalité de l’instrument est donnée par le bourdon. Bien sûr la tonalité dépend de la longueur de la canne utilisée.

(pour ceux qui ont quelques souvenirs en acoustique, dans le cas des ondes stationnaires, la fréquence de  la colonne d’air vibrante dépend de la longueur du tuyau et donc de la longueur de la forme d’onde)

L’instrument est construit en diverses tonalités selon des mesures précises transmises oralement depuis des siècles.

On arrive finalement au lien avec l’œuvre de Aubry. Sur chaque dalle de bakélite,  Michel Aubry a reproduits 2 séries de 5 trous qui, à mon avis,  représentent les trous des 2 cannes des Launeddas (Mancosa et la Mancosedda)  et donc les cinq sons que l’on peut produire par chaque main.

Les trous de l’oeuvre de Aubry sont visibles dans les dalles ci dessous

Les secrets de construction des Launeddas sont gardés jalousement par les rares constructeurs, et même les musiciens sont très discrets pour divulguer tout l’art dont ils sont en possession.

Les principaux types de Launeddas sont : POINT d’ORGANE,  FIORASSIO, MÉDIANNE, SPINELLU, FIUDA

Le visiteur se pose alors une seule question : que vient faire le snooker avec la musique sarde ?

L’artiste nous propose de jouer de l’un et de l’autre séparément ou ensemble, une partie de snooker pouvant être interprétée en musique.

En 2013, le projet Veduta de la Biennale de Lyon le réalise :

le sam 9 nov, 18h  Une partie de billard avec deux professionnels est filmée et interprétée par la suite en partition musicale,

le sam 30 nov, 19h Salon de musique pour salle de billard, par l’ensemble Op.Cit
Concert de musique. Des musiciens interprètent la partie de snooker jouée le sam 9 nov.

Pour l’instant quelques vues du snooker , il est impressionnant par ses dimensions, les enfants ont été un peu dépassés mais se sont aussi bien amusés.

Merci à Jessica Palm de la Biennale de Lyon pour son accueil sur les lieux.

Références

http://www.biennaledelyon.com/

http://www.biennaledelyon.com/fr/edition-2013/veduta/projets/maisonvedutua-bac-traille-oullins,97.html

http://www.lesarde.fr/launeddas.php

http://www.michelaubry.fr

This entry was posted in Actualiité culturelle, musicologie, Oeuvres, Rubriques and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to BIENNALE DE LYON – VEDUTA Musique ou Billard ? Launeddas ? visite du Bac à traille (Oullins) du 25 oct 2013

  1. Une visite un peu étonnante, on a eu du mal à trouver le lien entre le billard et la musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− cinq = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>